Proposition de réglementation de santé Canada – mon opinion

Santé Canada est présentement en consultation publique. Ils aimeraient connaître notre opinion sur une proposition visant à changer la réglementation sur les produits de santé naturels (PSN).

Leur proposition se trouve ici. je vous invite à prendre 5 minutes pour en prendre connaissance.

J’ai moi-même pris le temps de la lire. Leur proposition soulève des questions plus qu’elle ne m’apporte des solutions.Voici ce que je pense de tout cela en décortiquant un peu proposition et en regardant quelque unes des questions que cela soulève.Utilisons ensemble notre esprit critique!

Tout d’abord, les « difficulté posé par le système actuel ». Premier point: trois règlements distincts. En quoi est-ce un problème d’avoir des règlement distincts pour des catégorie de produits distincts? Administrativement parlant? En quoi cela va-t-il mieux me protéger de tout mettre dans le même panier? L’application des frais manqueraient d’uniformité, selon eux. On veut donc aller chercher plus d’argent dans les poches des fabricants et producteurs de PSN? Encore une fois, en quoi cela va-t-il me protéger?

« Bon nombre de ces produits reposent sur une longue tradition d’utilisation et ont démontré leur innocuité dans des conditions particulières. Par conséquent, ces produits n’ont pas besoin de faire l’objet d’un examen approfondi de la part de Santé Canada avant leur mise sur le marché. D’autres produits d’autosoins qui contiennent des ingrédients nouveaux ou à plus haut risque ou qui présentent des allégations de traitement de troubles graves requièrent une attention plus importante de la part de Santé Canada. »

On propose donc une réglementation plus serrée sur les PSN dont les ingrédients sont nouveaux. Qu’est-ce donc qu’un ingrédient « nouveau » pour santé canada? Aucun exemple d’ingrédient nouveau n’est fournis. Est-ce que le framboisier est un ingrédient nouveaux à leurs yeux? Car l’utilisation de cette plante ne nous provient pas d’une aussi longue tradition que certains ingrédients en médecine chinoise, pour reprendre l’exemple sur leur site.

Aussi propose-t-on une réglementation classée sur le niveau de risque. Encore une fois, aucun exemple de produit n’est fournis. Le millepertuis est-il un ingrédient à haut risque, à risque modéré? On sait que l’interaction de cette plante avec certains médicaments peut être néfaste. Combien de plus devrais-je débourser pour ma teinture mère si cette réglementation est mise en place? Combiens de produits que je consomme  seront-ils retirés du marché en attendant qu’une compagnie puisse fournir les études? Encore une fois, aucune réponse.

Parlons-en des études. Quelles compagnies peuvent se les payer? Ne sommes nous pas encore en train de favoriser les multinationales pharmaceutiques au profits des plus petites entreprises dont les valeurs visent plus mon bien-être que leur profits? Et qui devra payer, si ce n’est nous, les consommateurs, en bout de ligne?

On veut réglementer les allégations de santé inscrites sur les contenants? Je n’y vois pas de problèmes. Cela force en quelque sorte les utilisateurs à faire leurs devoir et à se renseigner sur ce qu’ils consomme. Quand j’achète des herbes en vrac, rien ne m’indique que le sureau aide à soulager le rhume. C’est à moi à m’informer sur les produits, ou  à consulter un herboriste clinicien, ou un naturopathe agréé. Commencer à s’informer sur les produits de santé que l’on consomme n’est pas mauvais, qu’ils soient naturels ou non!

Allez-vous vous sentir mieux protéger par cette réglementation, alors que Santé Canada autorise régulièrement  la vente et l’utilisation de produits contenant des perturbateurs endocriniens et des cancérigènes bannis dans d’autres pays? Rappelons-nous les micro-billes dans les dentifrices, l’anti-inflammatoire retiré après avoir causé la morts de patients. Ces produits avait été approuvés…

Actuellement, la réglementation en place fonctionne. Elle ne donne peut-être pas la réponse toute cuite dans le bec aux consommateurs. Elle ne fait peut-être pas en sorte que nous puissions acheter des produits les yeux fermées. Et c’est ce qui est bien. Responsabilisions-nous, prenons notre vie, notre santé, nos décisions en main. Informons-nous, et faisons des choix éclairés. Ne permettons pas au gouvernement de faire ces choix à notre place.

Qu’ils réglemente l’étiquetage, soit. Qu’ils ne permettent pas d’allégation de santé. Je trouverai l’info moi-même. Mais qu’il ne retirent pas les produits du marché sous prétexte qu’ils n’ont pas les études. Qu’on ne se rendent pas à l’extrême où il faudra une prescription pour acheter de l’ortie.

C’est mon opinion.Vous n’avez pas à être d’accord. Forgez-vous la vôtre, allez lire le texte, questionnez-vous, renseignez vous. Et répondez ensuite au sondage en votre âme et conscience.

Vous pouvez également consultez le site de la guilde des herboristes. Ils proposent certains outils pour manifester votre désaccord avec ce projet, si vous êtes de cet avis.